Accueil > Actualités
23 juin 2011
Traces d’ocres (presque) vertes


- Le projet

Un groupe d’enfants de 8-12 ans du Centre Social Danube (19ème) a bénéficié d’un projet d’ouverture au monde par l’art et la pratique artistique en liant patrimoine, environnement et art. A partir d’une fouille archéologique, ils ont traités scientifiquement et artistiquement les traces (déchets) laissées par les hommes à travers un recyclage des objets en éléments de création. Les enfants ont été accompagnés sur six mois par deux artistes d’art contemprorains, Hélène Picardi et Patrick Clerc et un médiateur culturel, archéologue, Philippe de Carlos. Le projet a reçu le soutien de la Fondation de France et de la Fondation HSBC.

- Le Centre Social Danube

Le Centre Social Danube se situe dans le quartier Danube-Solidarité (19ème). classé en zone prioritaire. Ce quartier constitue un enjeu majeur car il cumule de nombreuses difficultés sociales, économiques et urbaines.

- Le concept

- Traces : elles renvoient à l’archéologie, aux déchets laissés par les hommes anciens ou contemporains … ** Ocres : ce sont les couleurs primitives, celles de l’art pariétal ; les ocres symbolisent la peinture, l’art ...
- Des liaisons peuvent s’opérer entre « traces » et « ocres » : la grotte préhistorique est à la fois support et oeuvre ; le patrimoine, le bâti, la pierre … la culture.
- Vertes : c’est l’environnement ; le pluriel de « vertes » entre en relation avec « traces » et « traces d’ocres » : les œuvres sont créées à partir de déchets … Idée de recyclage …
- Presque : car les matières travaillées, que ce soient les traces ou les ocres … ne sont pas « naturelles » au sens de brutes … issues directement de la nature ; il y a des déchets composés de matières synthétiques, de couleurs vives … en opposition au vert.
- Presque introduit aussi une dimension de « subtilité » … impliquant que les choses ne sont ni figées, ni délimitées entre culture et nature et que les déchets sont à la jonction des deux.

- Clés de création

Variations de « totems », « collections d’objets », « sculptures », « toile chamanique », « photomontages » ... c’est la variété des supports et la transversalité des pratiques qui sera à l’honneur. A partir des déchets et en relation avec les carottes géologiques, les enfants élaboreront des sculptures, occasion de leur apprendre qu’un objet peut-être vu comme déchet, comme objet de l’observation scientifique, mais aussi, comme composant au service de leur imagination. Le choix du totem s’inscrit dans une volonté de « ré-appropriation » par les participants d’objets extérieurs à leur vie. Il s’agit par exemple de créer à partir des déchets de la fouille archéologique des « carottes » stratigraphiques. La carotte renvoie à la notion de géologie, de connaissance du passé, d’exploration, de voyage dans le temps… L’exercice de la photographie oblige d’aborder la notion de cadrage. La question / situation problème a été de réfléchir à comment se dissocier d’un regard scientifique pour proposer une lecture esthétique des fouilles et des déchets dénichés.

Téléchargez le flyer : Flyer Traces d’ocres

Dernières actualités